Envoyez votre Qonfession



100% Anonyme ! Confessez-vous dans notre confessionnal...
Page d'accueil de Qonfession > Echangisme


Confession Intime : Dans un club échangiste :


J'avais 26 ans, j'étais déjà bien affranchie et ne manquais pas d'amants. Il me manquait cependant une expérience vraiment libertine.

Lorsqu'un homme m'a abordée dans ma rue pour me proposer de l'accompagner dans un club "particulier" - son amie lui avait fait faux bond -, je n'ai pas été longue à accepter, et cet homme avait du charme.

Après un apéritif au champagne dans un appartement non loin de là, entourés d'hommes tirés à quatre épingles et de femmes plutôt dévêtues, nous avons enfilé vestes et manteaux pour rejoindre le "club particulier", dans un quartier un peu trop chic à mon goût.

Le lieu, de prime abord, n'avait rien de spécialement "particulier" : un bar très occupé, une piste de danse assez délaissée ; juste, un couple se caressait de façon plus appuyée qu'il n'était d'usage en public : longs baisers profonds, la main de l'homme plongée dans le décolleté de la femme, et celle de la femme malaxant avec langueur la bosse sous le pantalon de l'homme.

Abandonnée par mes compagnons, disparus je ne sais où, me voilà seule au bar, sirotant une bière. Un homme alors s'approche, la quarantaine, agréable à regarder : "Première fois, hein ?" Je ne nie pas. "Puis-je vous accompagner, vous faire visiter ?" J'accepte.

Alors commence ma découverte d'un autre monde.

Il me guide vers un couloir qui s'ouvre derrière un rideau. Là, il y a foule. Des corps mêlés, femmes et hommes, en couple ou plus nombreux, voyeurs au spectacle, les corps sont nus ou juste débraillés ; il y a de petits boxes remplis de coussins où des couples, des trios, des quatuors... peuvent s'isoler - mais toujours le 4e mur est tombé et l'on peut regarder.

Jusqu'ici, je ne suis pas intéressée.

Soudain une scène m'arrête. Je suis fascinée.

Une femme nue est à quatre pattes, mais la tête au sol, les bras allongés loin devant, les fesses offertes vers le ciel. Autour d'elle, de chaque côté et l'un derrière elle, cinq hommes, chemise sortie du pantalon, ceinture tombée pour certains, braguette ouverte, bandent comme des chevaux, immobiles. Elle leur chuchote - et je l'entends pourtant dans le brouhaha des cris, des râles - : "Je vous interdis de vous toucher, encore moins de me toucher, tant que je ne vous l'aurai pas permis. Regardez seulement, et bandez." Elle passe alors une main entre ses cuisses, des doigts elle écarte ses lèvres, gonflées, et je vois qu'elle mouille terriblement, elle dégouline. Elle enfonce d'abord deux doigts dans son sexe trempé. Qu'elle fait aller et venir lentement. Je vois qu'elle lutte pour ne pas trop onduler. Puis elle enfonce quatre doigts.

Je voudrais être à sa place.

Les cinq hommes obéissent, la regardent immobiles, muets, et bandent, bandent... - je voudrais les prendre en bouche, l'un après l'autre, les lécher, les avaler, les soulager. Mais la scène est privée, interdite, juste offerte aux regards - et c'est déjà beaucoup.

La femme se caresse, leur parle, cruellement : "Vous regardez ? Vous me voyez. Je peux jouir. Je peux jouir sans vos queues - restez dressés ! N'approchez pas. Mmm... c'est bon... je suis bonne... bonne à prendre... Ne bougez pas ! Je me fous. je me tue. Mmm... Maintenant : déshabillez-vous."

Les cinq hommes se dépêtrent de leurs cravates, chemises, pantalons... les voilà nus, nus à bouffer, irrésistibles, beaux ou moins beaux. Les sexes ballottent, adorables, mais aucun ne débande. De nouveau ils se tiennent debout autour de la femme, qui continue à se caresser. Elle a enfoncé quatre doigts qui nagent dans son foutre, et le pouce explore sa rosette ; elle geint.

Je me demande combien de temps elle va tenir.

Soudain, enfin !, elle appelle : "Toi !" L'homme derrière elle fait signe qu'il entend. "Toi, tu vas t'avancer, tu vas me foutre ta queue, lentement, lentement, et je n'aurai pas le droit de bouger."

Les autres regardent, et bandent. Immobiles, muets.

Et je songe : "Pourquoi je ne peux pas en profiter, moi aussi ? Une de ces belles, fortes queues dans ma chatte trempée !" Impossible. Chasse gardée, très visiblement.

L'homme s'est avancé derrière la femme. Il a posé son gland enflammé tout contre le con ruisselant, il a attendu, elle a frémit. "C'est toi le maître, à présent." Alors peu à peu, doucement, avec une lenteur exaspérante, il a enfoncé son énorme bite dans la grotte écarlate de la femme. Elle a bougé un peu, à peine : et s'est pris une grande claque sur une fesse. Autorisée uniquement à geindre, à gémir, s'essouffler de plaisir.

L'homme s'est retiré, elle en a quasi pleuré ; il est revenu, toujours avec cette lenteur insupportable, avant de progressivement accélérer ses va-et-vient. On en était aux coups de boutoir qui arrachait à la femme des cris de plaisir, lorsqu'elle a lancé : "Maintenant ! branlez-vous ! je veux du foutre ! j'en veux partout !"

Les quatre hommes autour d'eux ont pu enfin empoigner leur sexe gonflé, ont agité leur main autour de leur queue exacerbée, et bientôt le sperme a jailli, arrosant la femme, ses omoplates, ses reins, ses fesses, ses cheveux... Tandis que le cinquième homme arrosait son con et qu'elle tombait, repue, à plat ventre.

C'est une scène que je n'oublierai jamais. Elle m'a inventé un fantasme, pour l'instant jamais réalisé - ce qui est le propre d'un fantasme, non ?

Histoire postée par Anna65 le 23 Décembre 2014 dans Echangisme.

Vous avez aimé cette confession intime ?

5 vote(s)



Commentaires de la confession Dans un club échangiste

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Histoire suivante :
Nouvelle expérience en club
Ce samedi soir nous avions rendez-vous dans un club avec un couple rencontré sur...
+1

Qonfession 1341 - 0 Commentaire(s) - histoire de dridobio le 20/07/2015

Histoire précédente :
Ma soirée dans un club échangiste
Je suis marié depuis 10 ans avec mon homme. Comme cadeau d'anniversaire, je lui ...
+148

Qonfession 30 - 1 Commentaire(s) - histoire de Cachou le 22/10/2008

Suivez-Nous : Facebook Google + Twitter Rss

Copyright 2008-2018 © www.qonfession.com - Contact - Mentions et conditions - Il y a 6 connectés