Envoyez votre Qonfession



100% Anonyme ! Confessez-vous dans notre confessionnal...
Page d'accueil de Qonfession > Métiers


Confession Intime : Entretien d'embauche : bilan de compétences :


Je m’appelle Anne, j’ai 45 ans, ronde sans plus, avec de belles formes, mariée, 2 enfants (une fille 22 ans, un garçon 21 ans).

Mon patron (Jacques) et mon mari (Daniel) ont fait leurs études ensembles, dans la même école et sont de la même promo.

Lorsqu’en 2010 mon mari a rejoint Bordeaux, il a retrouvé son camarade et l’a invité à diner un soir à la maison.

J’avais déjà eu l’occasion de le voir une fois ou deux, lorsque nous étions plus jeunes, mais je ne m’en souvenais plus. J’ai donc rencontré une nouvelle fois ce monsieur et nous avons passés une soirée tous les trois, puisqu’il est veuf.
J’ai commandé un repas chez le traiteur, que je n’ai plus qu’à réchauffer.

Je porte une jupe noire, un chemisier rouge, et des bas noirs à couture rouge (côté sexy de ma tenue). La jupe moule bien mes formes, sans vulgarité. Assis dans les fauteuils, les hommes discutent pendant que je sers une coupe de champagne. Je remarque tout de suite que Jacques me regarde beaucoup. Lorsque je m’assois, ma jupe dévoile le début de mes cuisses et son regard devient plus insistant, il me toise de bas en haut, j’ai l’impression qu’il se demande si je porte des bas ou des collants, pour m'amuser un peu je m’arrange, en me tournant légèrement, pour que ma jupe remonte et laisse entrevoir l’attache d’une jarretelle et le haut d’un bas. Il a vu, il me regarde et sourit, je réajuste ma jupe. Mon mari ne s’est aperçu de rien. Pendant qu’ils discutent, je sers les entrées, Jacques me suit du regard, il doit aimer les femmes un peu rondes, il me regarde vraiment avec insistance. Lorsqu’ils ont terminé la bouteille de champagne, Daniel propose de passer à table, et va chercher une bouteille de vin dans la cuisine, pendant que j’invite Jacques à s’asseoir. Dès que Daniel a passé la porte, je sens la main de Jacques s’aventurer sous ma jupe et remonter sur mes fesses, il me dit en murmurant :
- pas de culotte chère Anne ?
- un string.

Il semble déçu. Je suis stupéfaite, mais je ne dis rien alors que je sens sa main se déplacer entre mes cuisses pour passer devant, Daniel revient et Jacques retire immédiatement sa main. Les deux hommes sont face à face, je suis au bout de la table. Jacques dit à Daniel :
- Ta femme est trop loin, rapprochons-nous, et joignant le geste à la parole, il déplace sa chaise et son couvert, Daniel fait de même. Je comprends aussitôt ses raisons lorsque je sens son pied sur le mien.

Ils se rappellent de vieux souvenirs et je ne prends pas beaucoup part à la conversation, je vais à la cuisine faire chauffer le plat suivant, j’en profite pour retirer mon string que je mets dans mon sac. Je dessers, change les assiettes et sers le plat suivant. Tout ceci m’a amenée à m’approcher de Jacques qui en a aussitôt profité pour continuer ses explorations. Il s’est ainsi aperçu qu’entre temps, j’avais retiré ma petite culotte et il m’a fait un grand sourire en m’enfonçant un doigt dans la chatte. Le repas s’est déroulé dans les meilleures conditions, Jacques m’a passé la main à chaque fois qu’il en a eu l'occasion et au café, il m’a dit :
- Nous n’avons pas parlé de vous chère Anne, nous sommes des vilains garçons, veuillez nous en excuser, et vous alors, que faites-vous ?
- eh bien, je vais chercher du travail, ce n’est pas que nous en ayons réellement besoin sur le plan financier mais j’aime être autonome, et puis à Toulouse je travaillais et j’aimerais bien retrouver quelque chose ici,
- que faisiez-vous à Toulouse ?
- je suis titulaire d’un BTS d’assistante de direction et j’étais assistante du PDG de la banque d’affaires X depuis 10 ans,
- assistante de direction ! c’est amusant, l’une de nos assistantes est justement sur le point de nous quitter pour rejoindre son mari en Région Parisienne, nous n’avons pas encore prévu son remplacement, si le poste vous intéresse, vous seriez bien sûr choisie en priorité. Vu le poste que vous occupiez, je ne doute pas de vos capacités. Si vous voulez passer me voir pour un entretien lundi ou mardi prochain, ou plutôt après-demain vendredi, 11h cela vous conviendrait-il ?
- parfaitement, je vous remercie beaucoup Jacques,
- ne me remerciez pas chère Anne, vos compétences m’intéressent !

Afin de mettre toutes les chances de mon côté, je passe la veille chez le coiffeur et l’esthéticienne, je prépare ma tenue, je porterais un tailleur beige clair, dont la jupe est étroite et courte, un chemisier blanc, des escarpins noirs à talons hauts, et dessous, bas noirs, soutien-gorge et porte-jarretelles en dentelle rouge et noire, sans petite culotte, je préfère négliger aucun détail, sait-on jamais !

Le vendredi, je me présente une dizaine de minutes avant l’heure du RDV au secrétariat, un moment après, Jacques entre, me serre la main et m’invite à le précéder, il ouvre la porte capitonnée et me fait entrer dans son bureau. C’est une pièce immense, un bureau monumental se trouve du côté gauche, du côté droit une longue table basse avec plusieurs fauteuils autour. Il se retourne vers moi me regarde de haut en bas et me dit :
- soyez gentille Anne, montrez-moi le côté pile. Je me retourne lentement sans rien dire et en me mettant la main au cul, il ajoute :
- parfait, j’aime les femmes un peu rondes, avec des seins et des fesses, lorsque je vous ai vue à votre domicile, j’ai pensé : je la veux, et comme vous avez semblé répondre à mes avances ….

Bien, revenons à ce qui nous amène : un entretien d’embauche, avez-vous un CV et une lettre de motivation ? J’avoue que je ne m’attendais pas à ça. Je lui dis :
- Voici un CV, pour la motivation ne bougez pas, fermez la porte et laissez-moi faire.

Je m’agenouille devant lui, défais sa ceinture, laisse tomber son pantalon et son caleçon, prends son sexe en main, le masturbe un peu, pose mes lèvres sur le gland et j'engloutis totalement son engin tout mou, en le masturbant avec ma main droite placée à la base du sexe, en même temps je pratique des allers retours sur sa hampe, serrant autant que je peux son sexe entre mes lèvres, quelques instants plus tard, il se raidit et prend un volume plus approprié à sa taille, il a une belle bite, épaisse et de bonne taille. J’entreprends alors de caresser son gland avec ma langue, et de lui faire des petits bisous. De temps à autre, je l’engloutis jusqu’au fond de ma gorge en "gorge profonde", j’effectue des allers retours sur sa tige en modifiant constamment le rythme de mes succions, passant du très lent au très rapide, ma main gauche caresse ses boules et je le regarde dans les yeux autant que je peux, il pose une main sur mes cheveux, mais ne m’impose pas un rythme différent, me laissant mener la fellation. Quelques minutes après ses halètements deviennent plus fréquents, ses muscles se contractent, son sexe est parcouru par des soubresauts, il vient. En effet 10 ou 15 secondes après, il se répand en soupirant dans ma bouche en violentes giclées d’un sperme épais et âpre, j’essaie de garder mes yeux dans les siens, je le laisse reprendre ses esprits et j’avale son sperme en lui caressant les couilles et en le regardant toujours dans les yeux, ensuite je lui souris en nettoyant sa queue avec ma langue. Il me dit :
- Anne, votre motivation est exceptionnelle, très peu de mes collaboratrices en ont montré autant, bienvenue dans notre société !
- merci, Jacques, soyez sûr que je mettrai toutes mes compétences à votre service ! Puis il me dit :
- J’en suis persuadé, puis-je vous inviter à déjeuner ?

Il m’emmène dans un petit restaurant sympathique où nous déjeunons simplement, sa conversation est intéressante et il a de l’humour. Le repas terminé, il propose de m’offrir un café dans son bureau et de s’accorder sur les modalités du contrat. J’accepte sa proposition et nous retournons à son bureau.

Il m’invite à prendre place dans un fauteuil autour de la table basse et ne semble pas remarquer qu’en m’asseyant, ma jupe est remontée si haut qu’elle laisse voir la moitié de mes cuisses. Il sert lui-même les cafés et s’assoit à mes côtés. Il me regarde avec un sourire et me dit :
- j’aime beaucoup votre tailleur, il vous va à ravir, et il pose sa main gauche sur mes épaules et l’autre sur l’intérieur de ma cuisse, il m’attire vers lui et m’embrasse, j’entrouvre mes lèvres et je sens sa langue s’enrouler sur la mienne alors que sa main droite remonte sous ma jupe entre mes cuisses et atteint la chair nue au-dessus de mes bas.

Ma jupe, trop étroite m’empêche d’écarter les cuisses, il le comprend et n’insiste pas, il s’attaque alors à ma veste de tailleur, qu’il retire puis à mon chemisier, dont il défait les boutons pour laisser apparaitre mon soutien-gorge. Tout en caressant mes seins à travers la dentelle, il me dit :
- j’adore vos sous-vêtements, vous portez toujours des dessous sexy ?
- je porte des dessous qui correspondent à ma féminité,
- très bien, ça me plait puis il détache mon soutien-gorge et caresse mes seins, léchant mes auréoles et embrassant et mordillant mes tétons qui se mettent rapidement à durcir, ce qui ne lui échappe pas, il me dit :
- vous êtes sensible des seins, vous l’êtes d’ailleurs aussi ?
- je pense que vous n’allez pas tarder à le savoir, lui dis-je en abaissant le zip de ma jupe. Sans attendre, sa main retourne vers sa première exploration et il constate que je ne porte pas de culotte,
- magnifique, j’apprécie beaucoup cette délicatesse, décidément vous êtes une perle, quelle chance j’ai eu de vous rencontrer.

A la bosse qui orne son pantalon, je me rends compte qu’il a repris toute sa vigueur, je me lève et ma jupe tombe à mes pieds. Il ouvre sa braguette, je le pousse sur le fauteuil, prends sa queue déjà raide et l’enfourne jusqu’au fond de ma gorge, j’entame une série de va-et-vient très rapides, il m’arrête en repoussant ma tête, me fait mettre en levrette et enfonce doucement sa queue dans ma minette, déjà bien mouillée, il est épais et me remplit bien, il commence à me limer de plus en plus vite, m’arrachant une série ininterrompue de soupirs, qui se concrétisent bientôt par un bel orgasme, pendant lequel je ne peux retenir des cris de plaisirs. Il me dit :
- je ne vous pensais pas si sensible et si bruyante, la prochaine fois nous irons dans le petit salon ou plutôt nous allons y aller tout de suite, vous n’êtes pas contre le fait que je vous sodomise, chère Anne ?
- non, bien sûr ! Ce sera un plaisir de vous recevoir ! Nous allons dans le petit salon, il pousse la porte, retire mon chemisier et me dit :
- mettez-vous en position chère Anne, je me courbe, pose mes mains sur la petite table, fait ressortir mes fesses et écarte mes cuisses, il me dit :
- quel spectacle magnifique !

Il me lèche la minette et l’anus, fait quelques allers retours dans ma chatte bien mouillée pour lubrifier sa queue puis il positionne son gland devant mon anus et il entreprend d’en violer l’entrée, il force un peu et s’introduit sans peine dans mon anus, je le sens bien, c’est très agréable de sentir ces mains qui pétrissent mes seins et ce pieu, bandé pour moi, qui me remplit le cul. Lorsque sa hampe est enfilée jusqu’à la garde entre mes reins, il reste immobile quelques instants, puis pose une main sur ma minette, un doigt me titillant la chatte alors qu’il s’active entre mes fesses, le cocktail baisage du cul, branlette du clito porte rapidement ses fruits et j’explose de plaisir sous ses coups de boutoirs répétés. N’ayant pas pris son plaisir, il continue ses va-et-vient et mes orgasmes se succèdent, toujours accompagnés de gémissements et de cris jusqu’à ce qu’il me remplisse de foutre en râlant. Il se retire de mes fesses et m’emmène dans une petite salle de bain dans laquelle nous nous nettoyons. Il me dit :
- Anne, vous êtes parfaite, une véritable salope, vous aimez réellement baiser, avec moi vous allez être servie ! Vous commencez lundi, je vous veux tous les jours sexy, pour cela crédits illimités. Vous devrez également être toujours accueillante et toujours prête à recevoir une ou des visites. Vous serez également chargée d’accueillir mes amis, voire des clients lorsque je vous le demanderai, que vous devrez satisfaire avec autant d’empressement qu’avec moi, vous serez mon assistante très particulière. Au niveau des émoluments, je vous propose …..,
- D’accord.

Le lundi suivant, je prenais mes nouvelles fonctions.


Histoire postée par Anne le 23 Mai 2012 dans Métiers.

Vous avez aimé cette confession intime ?

66 vote(s)



Commentaires de la confession Entretien d'embauche : bilan de compétences

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Histoire suivante :
Chaleur à l'hopital
Je suis infirmière de nuit, et depuis un mois j'ai un nouveau binôme. Je suis ...
+43

Qonfession 583 - 0 Commentaire(s) - histoire de fabiola19701972 le 15/06/2012

Histoire précédente :
Mauvaise réservation
Mai 2010. Dans la cadre de notre boulot, nous allons par paire suivre des stages...
+38

Qonfession 478 - 0 Commentaire(s) - histoire de eclissa le 12/01/2011

Suivez-Nous : Facebook Twitter Rss

Copyright 2008-2019 © www.qonfession.com - Contact - Mentions et conditions