Envoyez votre Qonfession



100% Anonyme ! Confessez-vous dans notre confessionnal...
Page d'accueil de Qonfession > Confession d'homme


Confession Intime : Florence - Le commencement :


Il y a bientôt deux ans, dans une nouvelle intitulée "Une proposition par trop audacieuse", je vous racontais ma première infidélité avec Florence, une amie proche qui avait troqué sa place à une campagne de jeu de rôle contre une fellation. Je reprends à présent la plume pour vous narrer la suite de cette aventure et ses conséquences. Les faits ont maintenant 5 ans, mais restent frais comme au premier jour dans ma mémoire.

Deux semaines s'écoulèrent après notre aventure, sans qu'aucun de nous n'en fasse mention, nous agissions comme si absolument rien ne s'était passé. Sans les sms qui fixaient le rendez-vous, j'aurais cru que les images de son visage couvert de sperme n'étaient que le fruit d'un de ces rêves si réalistes qu'on ne les distinguent plus vraiment de la réalité.

Puis, un mardi soir, Flo me proposa une après-midi jeux vidéos chez elle le lendemain, en compagnie de quelques potes : au programme jeux de baston et de course, bière à volonté et pizza pour ceux qui resteraient le soir. Début des hostilités à 13 heures, fin quand les gens seraient trop fatigués pour poursuivre ou seraient obligés de rentrer pour une raison ou une autre.

Le lendemain à l'heure dite, je sonnais à sa porte, deux manettes et le tout récent Tekken 6 dans le sac. A l'époque, ses parents venaient de se séparer et elle disposait souvent de l'appartement familial pour elle toute seule durant plusieurs jours, voire semaines, d'affilée. On en profitait pour enchaîner les soirées alcoolisées, les parties de jeux de rôles et les tournois de jeux vidéos avec une bande de quelques amis.
Comme souvent, elle était à la bourre dans le rangement ou sa propre préparation et se contenta de déverrouiller la porte blindée et de l'entrouvrir en passant, me laissant le soin d'entrer. Ce que je fis.

Je fus aussitôt happé par une main qui me tira vers la gauche et une bouche se plaqua contre la mienne. Je tentai de me dégager, mais Flo avait déjà passé les bras autour de mon cou et me retint alors que sa langue forçait l'entrée de mes lèvres. Après une ou deux secondes de désemparement le plus total, je fermai les yeux et lui rendit son fougueux baiser. Je sentais son énorme poitrine plaquée contre mon torse et aussitôt une violente érection monta. En un instant, j'oubliai ma copine, mes sentiments, mes remords : je voulais coucher avec Florence, et j'allais le faire.

Je passais les bras autour de sa taille pour la serrer davantage contre moi et eu la surprise de ne découvrir qu'une peau nue et terriblement douce. Pris d'un doute, je tentai à nouveau de me dégager de son étreinte, mais elle me maintenait fermement tout en mélangeant sa salive à la mienne. Mais il fallait que je sois certain, aussi remontai-je ma main, feignant de caresser son dos.

Rien. Impossible de trouver la moindre pièce de tissu, même une fois arrivé à ses omoplates. Mon autre main descendit vers ses fesses, à la recherche d'un string, en vain.

Flo comprit que j'avais compris et se dégagea avec un petit rire. A l'exception d'une paire de talons hauts (destinés à se mettre à ma hauteur), elle était en tenue d'Eve et cela ne semblait pas la gêner le moins du monde. Elle me prit par la main et m'entraîna directement vers sa chambre, au bout du petit couloir qui servait d'entrée.
Je me laissai faire, dans un état second. Tout comme deux semaines plus tôt, j'avais du mal à comprendre et intégrer ce qu'il se passait et subissait les événements plus que je n'en étais acteur.

Arrivés à destination, Flo se jeta sur le lit, y attrapa une feuille et me la tendit.

« Cadeau, fit-elle avec un petit rire. »

Plus occupé à regarder cette énorme poitrine qu'elle affichait sans complexe et sur laquelle coulaient ses longs cheveux teints en auburn, je mis quelques secondes à comprendre ce que je lisais :

Séronégativité VIH
Séronégativité Hépatice C

Je levai vers elle un regard interrogateur.

« Pas besoin de capote, vu que je prends la pilule et que t'as déjà fait les tests avec ta meuf, expliqua-t-elle. »

Le rappel fut brutal.

« Je sais pas, Flo, dis-je sans lever les yeux des tests. C'est quand même pas pareil qu'une pipe rapide dans un petit local...

- Va dire ça à ta copine, je suis pas sûre qu'elle verra la différence. »

L'argument fit mouche : puisque j'étais de toute façon déjà coupable, je pouvais bien faire ce que je voulais... L'érection revint aussitôt et je rejoignis Florence sur le lit pour échanger un long baiser durant lequel je laissais mes mains parcourir son corps et s'attarder plus particulièrement sur ses fesses si rondes et ses seins si gros. De son côté, elle me retira rapidement mon t-shirt, avant de s'attaquer au reste de mes habits. Quelques instants après m'être installé, j'étais aussi nu qu'elle, le sexe dressé qu'elle caressait délicatement, une main sur son cul, une sur sa poitrine, la langue dans sa bouche.

Cela dura une minute, peut-être moins, puis Flo se dégagea de cette étreinte et se mit à quatre pattes devant moi, fit passer sa langue sur mon membre puis l'engloutit. Il en ressortit luisant de salive, prêt à opérer.

« Allez, fit-elle, baise-moi avant que les autres arrivent, j'ai pas envie qu'ils nous trouvent en pleine levrette. »

Je ne me fis pas prier pour passer derrière elle après un dernier court baiser. Je frottai mon gland contre ses lèvres trempées pour les écarter et me lubrifier avant de m'introduire en elle. Elle était serrée et je butai après quelques centimètres, m'obligeant à de lent vas et vient le temps que son vagin s'habitue à ma présence. Après quelques essais, je pus la pénétrer entièrement et mes hanches vinrent buter sur ses fesses rebondies.

Commença alors une danse durant laquelle elle accompagnait chacun de mes coups de reins pour s'assurer que je la pénètre toujours à fond. Petit à petit, le rythme accéléra jusqu'à atteindre une cadence infernale où nos gémissements se mêlaient au claquement de mes hanches contre son cul.

Après quelques minutes à cette vitesse intenable, je ralentis le mouvement, qu'elle continua d'accompagner en profondeur, histoire que je reste bien au fond d'elle. Je profitais du ralentissement pour me pencher contre son dos, faire glisser une main sous son ventre, entre ses cuisses, et caresser doucement son clitoris. La position était acrobatique, difficilement tenable tant nous ne pouvions plus bouger, mais terriblement agréable, surtout quand elle tourna la tête pour échanger quelques courts baisers.

Puis, devant le manque de confort, je finis par me redresser et accélérer de nouveau la cadence. Flo gémissait de plus en plus fort et je sentais son sexe se resserrer autour du mien.

« Ca vient, ça vient ! »

Il n'en fallait pas plus pour me provoquer, je sentis mon pénis se contracter en brèves secousses annonciatrices d'un orgasme aussi puissant que libérateur.

« Moi aussi ! »

Elle se redressa brusquement.

« Jouis pas dedans ! »

J'eus tout juste le temps de me retirer, si bien que la première giclée, puissante et abondante, vint éclabousser son anus et sa vulve. Les suivantes, moins fortes et plus contrôlées, quoique nombreuses, déversèrent un torrent de sperme sur ses fesses, qui ruissela jusqu'à former une petite mare au creux de ses reins.

« Eh bah putain, commenta-t-elle, toi quand tu jouis, tu fais pas semblant. »

Sans oser bouger de peur de tout renverser, alors même que ma semence dégoulinait de sa chatte et gouttait sur les draps, elle me désigna un paquet de mouchoirs sur la table de chevet.

« Essuie-moi s'il te plait, dit-elle, sinon je vais en foutre partout et ça va pas le faire si on veut rester discrets. »

Je m'exécutais après avoir enroulé un mouchoir autour de mon pénis encore trempé de nos sécrétions, mais fut rapidement confronté à l'évidence.

« On va pas en avoir assez, Flo, je pourrais pas tout enlever.

- Enlève ce que tu peux, je vais aller prendre une douche. »

Je fis de mon mieux et épongeais aussi les gouttes tombées sur les draps. Comme annoncé, elle alla prendre sa douche pendant que je me rhabillais. Et, tout en remettant mon jean, je la vis se diriger vers la salle de bain, les fesses luisantes de sperme. Je trouvais ce spectacle magnifique.

Histoire postée par Korn le 20 Juillet 2015 dans Confession d'homme.

Vous avez aimé cette confession intime ?

2 vote(s)



Commentaires de la confession Florence - Le commencement

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Histoire suivante :
Florence - Le commencement (suite et fin)
Tandis que Florence était sous la douche, j'eus tout le temps d'enchaîner les ci...
+4

Qonfession 1338 - 0 Commentaire(s) - histoire de Korn le 20/07/2015

Histoire précédente :
Sonia 2
J´ai au fond été un peu puni ou plus exactement je me suis laissé attraper là où...
-2

Qonfession 1329 - 0 Commentaire(s) - histoire de gerleh le 03/05/2015

Suivez-Nous : Facebook Twitter Rss

Copyright 2008-2019 © www.qonfession.com - Contact - Mentions et conditions