Envoyez votre Qonfession



100% Anonyme ! Confessez-vous dans notre confessionnal...
Page d'accueil de Qonfession > Partenaire Agée


Confession Intime : Mamie aime les jeunes :


Je m’appelle Janine, j’ai 58 ans et je suis mariée depuis bientôt 27 ans.
A part les lieux et les noms, l’histoire que je vais vous raconter est totalement véridique.
Cela a commencé il y a un peu plus d’un an, je prenais un bain de soleil sur un transat au fond du jardin.
Me pensant totalement à l’abri des regards, j’avais pris la liberté de ne garder que le slip de bain, laissant ma très opulente poitrine se faire caresser par les doux rayons du soleil.

Vous vous doutez bien qu’à mon âge, je n’ai plus le physique d’un top modèle. Je serais plutôt plantureuse pour faire polie, d’autres diraient tout en rondeurs, voire pour les plus ingrats, un peu grasse.
Le plus important est avant tout d’être bien dans sa peau, et c’est complètement le cas pour moi.

Alors que je m’étais lourdement badigeonnée de crème solaire, je commençais lentement à m’assoupir quand un bruit de respiration me fit ouvrir un œil.
Quelle ne fut pas ma surprise de voir un homme que je distinguais à peine se masturber à une cinquantaine de mètres de moi, entre le garage et le mur d’enceinte.
D’ordinaire, je pense que j’aurais été choquée et que je me serais rhabillée pour lui hurler dessus, mais au lieu de ça je me contentais de le regarder.

Cela a duré peut-être une dizaine de minutes avant de le voir partir après avoir certainement pris son plaisir. La distance nous séparant était trop importante pour les détails.
Je me suis trouvée idiote et partiellement excitée au point d’être obligée d’aller me caresser à l’intérieur de la maison pour me satisfaire d’un petit plaisir solitaire.
Bien qu’avec mon mari nous devons faire l’amour 3 ou 4 fois par mois, ce soir là c’est moi qui fus demandeuse, et honteusement j’ai pris mon plaisir en pensant à cet homme qui s’était caressé en me regardant.
J’ai joui, ce qui m’arrive plutôt rarement maintenant, et j’ai bien aimé.

Aussi me suis-je laissée tenter par le nu intégral les jours qui ont suivis, mais à ma grande déception, je ne vis plus personne.
Cela aurait pu rester une anecdote, mais quelques jours plus tard alors que je faisais mes courses au supermarché, je fus abordée par un jeune homme d’une vingtaine d’année qui me dit que j’étais très belle et sexy dans mon jardin l’autre jour.
J’ai rougi comme une gamine et au lieu de m’enfuir, alors que je n’arrivais pas à sortir un mot, je me suis contenté de sourire et j’ai continué mes courses.
Je l’ai revu à la caisse et aussi surprenant que cela puisse paraître, je lui ai dit que je continuais à soigner mon bronzage.

Il a prit ça pour une invitation et la semaine suivante il était de nouveau là pour ma séance de bronzette, avec pour différence qu’il s’est approché de moi alors que je faisais semblant de dormir et que j’étais totalement nue.
Quand il a descendu son short pour se caresser à moins d’un mètre de moi, je n’ai pas pu m’empêcher de me caresser aussi.
C’était la première fois que je faisais ça devant un homme et ce qui devait arriver arriva, on s’est mutuellement caressés.
J’ai joui avant lui et pour le terminer je l’ai sucé jusqu’à ce qu’il se vide dans ma bouche.
Son jeune membre dur et décalotté m’a littéralement explosé dans la bouche et chose que je fais rarement, j’ai tout avalé.

Jusqu’à ce moment, nous n’avions échangé aucun mot et quand il a parlé pour me demander si l’on pourrait le refaire, j’ai été prise d’une angoisse, mais j’ai tout de même accepté.
Il m’a griffonné son numéro de téléphone sur un morceau de papier qui traînait près de là et il est parti.
Je suis restée prostrée une bonne demi heure, réalisant peu à peu ce que je venais de faire, culpabilisant énormément au début avant petit à petit d’admettre que c’était finalement très agréable, et que je n’avais fait de mal à personne si ce n’est avoir quelque peu trahi la confiance de mon mari.

J’ai ainsi attendu une semaine avant d’oser le rappeler pour lui fixer un rendez-vous, mais l’envie était plus forte que les remords.
Il est venu le lendemain, s’empressant de me montrer des préservatifs, me faisant comprendre que cette fois là il en voulait plus.
On est allé rejoindre le lit conjugal où pendant près de 2 heures il m’a fait jouir plusieurs fois en me prenant avec vigueur et en me parlant avec des mots vulgaires qui me faisait fantasmer encore plus.
Cela devait faire au moins 20 ans que je n’avais pas prit un pied pareil et je pensais même qu’à mon âge cela ne m’arriverait plus jamais.
Ma libido venait de prendre un gros coup de chaud pour mon plus grand bien et celui de mon mari qui par la même occasion profitait de l’aubaine.

Cela a duré ainsi pendant presque 2 mois où une fois par semaine mon amant venait me rejoindre dans l’après-midi et que mon mari ce soir là profitait de mon humeur sensuelle.
Les choses ont pris ensuite une tournure différente quand un après-midi il est venu accompagné d’un ami et que je l’ai mis vertement à la porte.
Il n’est alors plus revenu pendant 3 semaines et c’est moi qui me suis résolue à l’appeler.
Il m’a dit qu’il voulait bien revenir mais avec son ami et que si cela ne me plaisait pas, il reviendrait seul la fois d’après.

Malheureusement pour moi, j’ai adoré cette partie à 3 où à un rythme effréné ils m’ont prise de partout et souvent ensemble.
Quel plaisir de sentir un membre en frotter un autre à l’intérieur de soi, j’avais déjà connu ça avec mon mari et un vibromasseur, mais cela n’a rien à voir quand ce sont 2 hommes qui vous prennent.
Je me revois encore à 4 pattes avec l’un entre mes fesses et l’autre dans ma bouche me retenant de ne lui pas lui mettre un coup de dent.
Si à la fin de cette séance je leur avais dit que je n’avais pas aimé, j’aurais été une sacrée menteuse.
J’ai donc finalement accepté qu’ils viennent à 2 et nos petits jeux ne s’en sont trouvés que plus intéressants car j’y ai introduit la sortie de mon vibromasseur.
Etre ainsi soumise à deux beaux mâles qui ne pensent qu’à jouir de moi, c’est aussi très créatif car ils ont une imagination débordante.
Ils variaient régulièrement les plaisirs en me bandant les yeux ou en m’attachant aux barreaux de l’escalier, ils jouaient avec moi comme bon leur semblait et pour mon plus grand plaisir.
Parfois ils m’insultaient, me maltraitaient les seins, me donnant la fessée et moi qui aurait pu être leur mère, je les encourageais à en faire toujours plus.

Et ce qui devait arriver arriva, un après-midi ils sont venus à 3 et par la suite jusqu’à 6, où je fus traitée comme la dernière des prostituées, me faisant prendre à la chaîne pendant une bonne partie de l’après-midi.
Je devrais être honteuse de mon comportement, mais je crois que c’est justement cette honte qui me donne autant de plaisir.
Mais la réalité a rapidement fait son retour et peu à peu, ils vinrent d’abord de moins en moins souvent et aussi de moins en moins nombreux.
Il y eu une longue coupure, quand je suis allée en Normandie pour aider ma fille qui venait de me faire grand-mère.
J’ai laissé mon mari et mes amants pendant prés de 2 mois et honnêtement sans même penser à eux tellement j’étais heureuse chez ma fille avec ma petite Clémentine.

Je suis rentrée toute déprimée, et je trouvais pourtant que mon gendre avait été très gentil de m’avoir tolérée aussi longtemps chez lui.
Le sexe était redevenu pour moi le cadet de mes soucis et à part un rapport ou deux, gentillets, avec mon mari, ce fut le calme plat pendant 3 mois.
Je ne sais pas si c’était le retour des beaux jours, mais de temps en temps je me rappelais aux bons souvenirs de mes après-midi sportives.
J’avais bien croisé plusieurs fois le jeune garçon au supermarché, mais il était accompagné d’une belle jeune fille.

Je croyais alors que c’en était fini de mes excentricités, jusqu’au jour ou j’ai rencontré un garçon qui parait-il avait participé à nos orgies mais dont je n’avais aucun souvenir.
Il m’a tout bêtement demandé si je voulais le suivre pour baiser.
Je pensais tout d’abord qu’il m’emmenait chez lui, mais quand il a pris un petit chemin de traverse, je compris que l’on allait faire ça dans la nature.
J’ai adoré me faire prendre comme ça au milieu de nulle part, la poitrine plaqué contre la voiture, et la peur permanente de me faire surprendre.
Malheureusement, cela ne dura pas bien longtemps, car il n’avait qu’un seul préservatif et moi des surgelés dans le coffre.
Mais ce fût quand même l’événement qui me fit remettre le doigt et le reste aussi dans l’engrenage de la lubricité.
Je vous le raconterai plus tard.

Janine

Histoire postée par janine le 10 Janvier 2010 dans Partenaire Agée.

Vous avez aimé cette confession intime ?

275 vote(s)



Commentaires de la confession Mamie aime les jeunes

2013-08-30 00:49:17  -  doudoumur  
Bonjour Janine hélas je suis un homme de ton âge mais tes histoires m'ont fortement excité. Je viens de m'inscrire à ce site, nul doute que je vais bientôt m'y confesser ! Très amicalement Doudoumur (Edouard) depuis Bayonne

2010-10-25 13:35:18  -  isabelle31  
magnifique récit, qui prouve que les femmes mures plaisent beaucoup aux jeunes, et nous ne devons pas nous priver de nous faire sauter par une bonne queue quand l'occasion se présente

2010-05-06 20:19:34  -  chercheur49  
Bravo pour votre "libération". Je suis plus âgé que vous mais toujours aussi amateur de libertinage en tout genre. A votre disposition pour vous donner tout le plaisir du monde. Philippe

2010-01-15 17:10:32  -  galahn  
Bonsoir, Votre, ton, texte est absolument superbe... C'est fantastique de retrouver le goût du sexe ainsi, sans retenue, et écrire cette confession avec tant de jolis mots ! J'aime aussi les mots "crûs", surtout lorsqu'ils sont les témoins de moments de telles intensités ! J'aurais aimé être de ces garçons... Bises calines, Stéphane (galahn)

 1 / 1

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Histoire suivante :
31 ans de différence
J'avais alors 42 ans et je faisais des menus travaux chez mes beaux-parents qui ...
+72

Qonfession 336 - 2 Commentaire(s) - histoire de andre le 30/01/2010

Histoire précédente :
Pendant mes révisions au bac
Je révisais mon bac, il faisait très chaud, j’étais nue sur mon lit en train de ...
+118

Qonfession 254 - 2 Commentaire(s) - histoire de estelle le 28/06/2009

Suivez-Nous : Facebook Twitter Rss

Copyright 2008-2019 © www.qonfession.com - Contact - Mentions et conditions