Envoyez votre Qonfession



100% Anonyme ! Confessez-vous dans notre confessionnal...
Page d'accueil de Qonfession > Lieux


Confession Intime : Rencontre dans un train couchette :


J'ai souvent du mal à dormir dans un train couchette, et je préfère souvent profiter des possibilité de rencontre dans le compartiment ...

Ce soir là, j'étais allongé sur une couchette du bas, seul dans le compartiment, en train de feuilleter le magazine "COUPLE" bien connu ...

Est rentrée une femme style BCBG cachant son jeu, pantalon et pull moulant sur petit chemisier. Après quelques propos de pure politesse, je compris qu'elle avait besoin d'un petit coup de main pour lui monter sa valise, ce que je fis bien volontiers. Je me levais donc et l'étroitesse des lieux fit que nous nous frolames, à tel point que cela ressemblait plus à de premières caresses furtives...., voire à une invitation réciproque. Son parfum renforçait d'ailleurs l'excitation qui était déjà la mienne du fait de ma lecture, et ma queue durcie était devenue bien à l'étroit dans mon pantalon. Une fois rallongé sur ma couchette, ma voisine installa sa couchette, et en se penchant sur sa literie, elle me présentait ses fesses presque à la hauteur du visage. Ses cuisses non jointes étaient quasiment un appel aux caresses vers sa chatte.... Puis elle se retourna en soupirant et en simulant avoir un peu chaud. Elle ôta son pull et dans le mouvement, face à moi, elle m'offrir la vue de son ventre et de son nombril dégagés, les cuisses toujours légèrement entrouvertes ....

J'étais très excité et sitôt installé et dans l'obscurité, je décidais de m'ouvrir le pantalon pour me libérer et me caresser la queue durcie. Sous le drap, la caresse était douce, mais j'imaginais une autre main à la place de la mienne. J'imaginais également, à travers les bruissements de sa couchette que ma voisine se caressait aussi le minou, lui-même libéré de son pantalon.

Je décidais de tendre légèrement le bras entre les couchettes, et ma surprise fut entière d'y rencontrer celui de ma voisine, sûrement envahie des mêmes idées ... Nous nous caressames ainsi doucement les avant-bras puis j'attirais sa main vers ma queue sortie de dessous le drap.

Elle ne se fit pas prier, d'autant moins que je me mis de côté face à elle pour lui faciliter les choses....

Elle s'interrompit un instant pour me prendre la main et me guider vers elle, non sans avoir également ôté son drap. Ma main se fit très baladeuse, d'abord sur sa poitrine nue sous son chemisier, puis vers sa chatte offerte du fait de son pantalon retiré. A travers sa culotte je devinais son humidité et ses petits mouvements de bassin m'encourageait dans mes caresses. Nos caresses réciproques étaient douces et en appelaient bien d'autres.... A ce moment, le contrôleur approchant, nous nous fîmes sages pour l'instant du contrôle. Sitôt celui-ci parti, et ayant su qu'il n'y avait pas d'autres réservations dans le compartiment, nous échangeâmes un sourire complice avant d'éteindre et de reprendre nos caresses réciproques.

Rapidement, je sentis sa main me tirer légèrement la queue vers elle et elle m'invita à la rejoindre sur sa couchette. Je ne me fis pas prier, non sans avoir également enlevé mon pantalon, et ne gardant que mon tee-shirt. Mon sexe durci entre ses cuisses allait et venait sur la moiteur de sa culotte et tout en lui pelotant les seins et les tétons durcis, nos bouches et nos lèvres s’entremêlèrent dans de multiples baisers cochons, mêlant notre salive et nos langues tantôt dans sa bouche, tantôt dans la mienne. Entre deux respirations, elle me dit son désir que je lui lèche la chatte et me proposa un 69 sur sa couchette. En me retournant, elle saisit vite ma queue pour me tailler une pipe d'enfer depuis sa couchette, me malaxant les couilles durcies comme pas possible, et en laissant sa salive dégouliner dessus .....

Bref une vraie pipe d'enfer et de vraie salope. Une fois installés en 69, je lui rendis largement la politesse en lui broutant le minou de mon mieux, d'autant plus qu'elle était cambrée et toute ouverte. Pendant que ma bouche et ma langue s'occupait de son clito durci, la pointe de mon nez pénétrait sa chatte ruisselante, et pendant ce temps, avec mes doigts je lui caressais la raie du cul jusque le petit trou, sur lequel d'ailleurs sa mouille et ma salive ruisselaient. Ma langue savait se faire tantôt large, douce et baveuse, tantôt longue, pointue, et pénétrante dans sa chatte, voire titillante en tournicotant son clitoris. De son côté, elle me sucait et me léchait la queue et les couilles avec beaucoup de douceur, mais jamais trop pour ne pas me faire exploser trop vite. Bref une vraie salope qui savait y faire pour prendre son pied longuement. Nous nous sommes offerts ainsi les plaisirs les plus vicieux et les plus cochons, et elle prit ainsi plusieurs fois son pied avec des orgasmes délirants de puissance. Moi j'avais le souci de ne pas jouir trop vite pour faire durer les choses et parce que j'aime aussi beaucoup prendre mon plaisir en donnant du plaisir. A la fin , n'y tenant plus elle saisit un préservatif et me l'enfila pour que je la fasse jouir une dernière fois en jouissant moi-même dans sa chatte si accueillante de mouille .... Ma jouissance fut également très puissante en elle, et je sais qu'elle apprécia profondément.

La nuit fut bien plus calme, et nous nous endormirent chacun sur notre couchette. Le matin venu, et presque arrivé à Paris, elle me fit comprendre que son mari l'attendait à la gare et nous avons convenu de ne rien laisser apparaître ..... Nous nous sommes dit au revoir et il n'y eu pas de suite à cette rencontre torride ...

Histoire postée par jean_bernard75 le 27 Décembre 2008 dans Lieux.

Vous avez aimé cette confession intime ?

81 vote(s)



Commentaires de la confession Rencontre dans un train couchette

2010-11-01 02:31:30  -  isabelle31  
tres belle histoire, les trains couchette sont des lieux propices pou des relations furtives ni vu ni connu

 1 / 1

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Histoire suivante :
Au lycée
Au lycée, le lendemain, je ne prêtai au cours qu'une attention distraite, ne ces...
+23

Qonfession 240 - 0 Commentaire(s) - histoire de 18ans le 11/06/2009

Histoire précédente :
Après-midi champêtre
Dimanche, accompagné de mon chéri nous allons faire les boutiques ... Petite j...
+47

Qonfession 71 - 0 Commentaire(s) - histoire de bettybop le 27/11/2008

Suivez-Nous : Facebook Twitter Rss

Copyright 2008-2019 © www.qonfession.com - Contact - Mentions et conditions