Envoyez votre Qonfession



100% Anonyme ! Confessez-vous dans notre confessionnal...
Page d'accueil de Qonfession > Confession d'homme


Confession Intime : Sonia 2 :


J´ai au fond été un peu puni ou plus exactement je me suis laissé attraper là où je n´imaginais pas. L´amour est imprévisible. Il est trop facile de jouir comme un fou avec une grande fille blonde et mince du style Nitouche et de jouir encore plus en pensant à ses amants, jeunes ou mûrs comme moi. Quand elle sort le weekend pour retrouver ses copains et copines, quand Julien, le copain de Marc lui passe un coup de téléphone pour lui annoncer son passage, je sais qu´il va se passer ce qui s´est passé des tas de fois avant et que je ne suis ni le premier ni le dernier. Et que si je n´ai pas eu beaucoup de mal avec elle, c´est bien parce que la demoiselle n´est pas farouche. Sinon j´aurais dû me masturber en pensant à elle.

Sa fausse pudeur est une séduction supplémentaire. Elle a toujours été franche avec moi, et s´est prêtée à notre petit jeu avec beaucoup de talent. Au début ce n´était que les confidences d´une jeune femme et des questions de plus en plus précises que je lui posais au lit. Avant mais surtout après. Elle a très vite deviné que les questions avaient une tonalité sexuelle forte. Elle m´a raconté sa première fois, ses hésitations, et puis les longs baisers et les caresses, la main dans sa culotte butant sur sa virginité. Honte de se voir dénudée pour la première fois, elle qui n´avait jamais permis à un garçon de glisser la main sur sa toison sous le tissu et glisser entre les lèvres. Et puis la peur de la déchirure quad l´homme s´était avancé vers elle la verge dressée.

Parler d´elle dans des situations intimes lui donnait un plaisir proche du mien à l´entendre précisé certains détails sur lesquels je lui demandais parfois de revenir. Elle me taquinait aussi par ses réponses. Le nombre de ses amants? Elle ne savait pas, elle n´avait pas compté...Et puis il est arrivé un jour où elle m´a dit qu´elle avait rencontré Marc par hasard, et qu´elle avait accepté une simple invitation à dîner, en souvenir des temps anciens. Je suis allé à son appartement le lendemain, comme convenu, vers dix heures du matin. Je frappe à sa porte, plusieurs fois, et elle finit par m´ouvrir. Totalement nue. Les cheveux en désordre, les yeux embués de sommeil. Absolument adorable. Je referme la porte, l´enlace, l´embrasse pendant que mes mains glissent le long de ses hanches et se rejoignent au niveau de sa chatte. Elle est humide. Son ventre vibre. Je la regarde dans les yeux:
-Tu l´as fait? tu as couché avec lui?
-Oui, chéri, mais il faut que je t´explique. Ce n´était pas l´idée. Nous sommes allés au restaurant, j´avais peut-être un peu trop bu, les souvenirs sont remontés, un peu de nostalgie, il m´a raccompagnée et m´a dit au revoir en m´embrassant. Sur la bouche. J´ai fondu. Il m´a caressé les seins sous le chemisier, puis sous la jupe.
- Nous avons finalisé, c´est vrai. Je vais prendre une douche.
- Non, dis-moi d´abord: combien de fois?
-Trois fois.
- Tu as jouis toutes les trois?
- Oui, chéri,. mais ne sois pas jaloux, tu n´as aucune raison d´être jaloux, tu sais.

Je la retourne, le dos contre moi. Les seins pointent, le ventre est plat et chaud.
Sa tête se renverse contre mon épaule, nos bouches fondent l´une dans l´autre. La sienne a un goût de sperme. Ma main se plaque entre ses cuisses. Trempée. L´homme doit être juteux, même stérilisé.
- Tu as joui?

Elle me fait oui de la tête.
Les trois fois?
- Oui.

Sonia n´aura pas le temps de prendre une douche avant que je l´aie renversée sur le drap de lit.
-Mets-toi à quatre pattes!

Cette fois pas besoin de préparatifs. Je jette mes vêtements sur le parquet, ma verge se perd dans des chairs humides, j´explose en elle. Cette fois je n´attends pas je me libère. Elle dit un instant plus tard:
- Il ne faut pas être jaloux, tu sais. On a couché. vrai, mais on ne s´aime plus. C´est en souvenir d´alors.

Je la sens inquiète, aurait-elle peur que je la quitte? Après tout, je suis le seul un peu sérieux. Avec Julien de l´amitié et, pour tout dire, de l´intérêt, il la gâte, ce dont je n´ai pas les moyens. Cette dernière pensée m´excite. Avec les copains, c´est du sport, de l´hygiène, de la distraction, une manière de finir la soirée. Elle comme les autres étudiantes. Il est vrai qu´elle a un préféré. Il est mignon, m´at-t-elle dit. C´est la première fois que je l´enfile toute chaude d´un autre.

J´ai éprouvé un plaisir extraordinaire à pénétrer son vagin débordant du sperme d´un autre, le corps encore meurtri des coups de boutoir d´un mâle en furie. C´est fou. C´est bon. Je recommence.
Sonia se sent pardonnée. Elle rouvre les yeux. Et puis tout d´un coup, elle prend mon visage entre ses mains et elle sort:
- Dis-moi, tu as joui en pensant à Marc?

Mon oui s´échappe dans un soupir.
-Tu aimerais une autre fois?
-Je ne sais pas, mais pas avec lui en tout cas. Julien si tu veux. Tu m´avertis, tu me téléphones et je viens.

C´est comme ça que tout a commencé. Elle avait son beau regard bleu, sa longue chevelure en désordre, le teint rougi par l´effort. Elle dormait à présent dans le calme de l´innocence.
Une idée bouleversante commençait à faire son chemin.

Histoire postée par gerleh le 03 Mai 2015 dans Confession d'homme.

Vous avez aimé cette confession intime ?

2 vote(s)



Commentaires de la confession Sonia 2

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Histoire suivante :
Florence - Le commencement
Il y a bientôt deux ans, dans une nouvelle intitulée "Une proposition par trop a...
+2

Qonfession 1331 - 0 Commentaire(s) - histoire de Korn le 20/07/2015

Histoire précédente :
Sonia
Sonia, une grande fille blonde, l´air timide et d´une minceur extrême qui la bo...
+0

Qonfession 1328 - 0 Commentaire(s) - histoire de gerleh le 03/05/2015

Suivez-Nous : Facebook Google + Twitter Rss

Copyright 2008-2018 © www.qonfession.com - Contact - Mentions et conditions - Il y a 4 connectés