Envoyez votre Qonfession



100% Anonyme ! Confessez-vous dans notre confessionnal...
Page d'accueil de Qonfession > Partenaire Agée


Confession Intime : Une nuit d'hôtel :


A cette époque là; j'étais encore mariée, et en 1988, nous étions, mon mari et moi-même âgés de 37ans. Et, je travaillais dans une solderie, un très proche voisin de cette solderie avait noué une amitié avec moi, je l'appellerais Pépé-louis, tous les matins, j'avais droit à sa première visite, vers 9h15, il y avait un quart d'heure, que j'avais pris le travail, il m'amenait un café crème accompagné d'un croissant. Lorsque j'avais fini ce petit déjeuner, lorsqu'il faisait froid me frictionnait énergiquement le dos, au début ou j'ai trouvé ce travail. Maintenant cela faisait plus d'un an que je travaillais maintenant dans cette solderie. Pépélouis, me frictionnait le dos, surtout le bas du dos, même des fois les fesses, même s'il ne faisait pas froid. Il avait pris l'habitude de me peloter le bas du dos et les fesses, certains midi, il m'invitait à déjeuner chez lui, sa femme était très aimable et me disait: de faire attention car c'était un vieux vicieux et queutard très bien monté, et que même encore à son âge, il était encore vert.

Pépélouis était âgé de 86ans, et avait la même passion que moi, il aimait les courses hippiques, il jouait tous les jours au PMU. Puis, il m'invita avec mon mari à descendre avec lui 2 jours sur Paris et une nuit d'hôtel, pour dans 15 jours car il y avait 2 grosses réunions, dont, une sur l’hippodrome de Vincennes en nocturne. Nous avions réussi, mon mari et moi-même à prendre 3 jours de vacances pour cette occasion. Pépélouis s'occupant de tout, de la chambre d'hôtel notamment, je m'occupe de faire garder nos trois enfants par mes parents. Le jour du départ, mon mari amena les enfants à l'école, le matin, et revient à 9h15, quelques minutes après son arrivée, Pépélouis, sonne à la porte, je ne suis pas prête, je n'ai pas encore pris ma douche, je viens, juste de terminer mon café crème.
Pépélouis: Allez, allez, tu n'es pas encore prête Nicole (c'est moi)
Nicole: Je vais prendre ma douche, j'en ai pas pour longtemps, Loulou, donne un café à pépé
Loulou: Oui, ne t'inquiète pas.

Je ne mets pas longtemps pour me préparer, je n'ai même pas le temps de préparer un sac de vêtement pour nous changer, je n'ai eu que le temps de prendre un pyjama. Nous, nous sommes arrêtés entre Angers et le mans pour déjeuner le midi. Nous venions de Vendée, et ça nous permîmes de nous restaurer, et de reposer Pépélouis qui conduisait. J'étais vêtue d’une minirobe décolleté, sans soutien gorge car mes seins malgré mon petit 95 b, tiennent bien. Pépélouis, n'arrête pas depuis plus d'un an de dire à mon époux que je suis une belle femme avec tout ce qu'il faut ou il faut, et qu'il a de la chance de m'avoir comme épouse. Loulou ne nie jamais cette chance de coucher avec moi, c'est ce qu'il rétorque souvent. Pépélouis repris le volant, mon mari est à l'arrière et s'assoupit, après ce repas. Je suis assise à côté de Pépélouis, la musique n'est pas trop forte, je sens la main droite de Pépélouis, toucher ma jambe gauche quand il passe les vitesses. Voyant que de temps à autre je ferme les yeux, il ralentit, et pause sa main sur ma cuisse, je la sens monter sur mon collant slipé vers mon sexe , ça y est, il est arrivé à ce qu'il voulait, il tripote mon sexe au travers ce collant, j'ai ma robe remontée sur mon ventre.

Comme je ne porte que des collants slipé( collant normal juste avec un losange de coton blanc en cas de petites pertes, sans aucune démarcation de slip sur ce collant) Je me sens envahi d'une grosse envie, mais je demande à pépé de s'arrêter car j'ai envie de faire pipi. Il s'arrête peu de temps après, lorsque nous sommes entrés sur l'autoroute, à la première aire de repos. Il descend avec moi et me met une tape sur le cul lorsque lui et mon mari vont du côté homme et moi côté femme. Nous repartîmes, n'étant plus occupé à tripoter ma chatte, il se mit à rouler plus vite. Nous arrivons sur Vincennes, un petit peu plus d'une heure avant le départ de la réunion. On trouve un restaurant pas trop loin de l'hippodrome, nous allons donc jouer quelques chevaux durant cette réunion. Après, avoir fait les comptes, nous avons gagné avec mon mari 20 francs, Pépélouis perd 50francs. Nous partons de l'hippodrome, et des dames de joies attendent le client. Pépélouis me tape sur une de mes cuisses avant de remonter ma robe jusqu'au ventre en me disant:
Pépélouis: Tiens, elles attendent, le client, je te dépose là Nicole, pour récupérer ce que j'ai perdu.
Nicole: Eh! vien Pépélouis, je ne te croyais pas comme-ça

Nous arrivons à l'hôtel, Pépélouis ouvrit la porte de la chambre, puis fît passer mon homme et puis moi ensuite avec une petite tape sur le cul. Après, avoir refermé la porte Pépélouis dit:
Pépélouis: Je ne pourrais pas dormir là haut, avec le poids que je fais et en plus j'ai le vertige. (pépélouis est un beau bébé 1m95 pour 105 kilos)( il ne se doutait pas, je pense, ou l'a fait exprès de prendre une chambre de trois ainsi conçu. Un lit de 140 au sol et en étage un lit de 90 à la tête du lit de 140)
Loulou: Ben, pour une nuit, je dormirais en haut Pépé.
Pépélouis: merci loulou, je t'en suis reconnaissant

J'ai été prendre ma douche, et lorsque j'ai voulu mettre mon pyjama, je ne pue mettre que la veste, le pantalon à du tombé de l'armoire, ou est resté dans celle-ci dans la précipitation, je reviens de la douche, la moitié de la chatte à l'air et la moitié de mes fesses. Je me couche, mon mari va à son tour dans la douche. C'est au tour de Pépélouis d'aller à la douche, mon mari me fît un bécot et monte se coucher en me disant: je suis éreinté, et il se coucha dans le petit lit. Pépélouis ressort de la douche à poil, j'ai éteints la lumière de mon côté, il se dirige vers moi, et arrivé à la hauteur de mon visage, penché en avant pour passer sous le lit du haut; pris sa bite et la posa sur mes lèvres, comme je ne fis rien, il tapa mes lèvres avec sa queue déjà, un peu raidie, jusqu'à temps que je lui suce le gland.

Pépélouis: Oh! pardon, je me suis trompé de côté (voyant que mon époux remua)
Il s'installe à mes côtés, et dit tout fort:
Pépélouis: Tu as les pieds gelés
Loulou: Oui, c'est tout le temps qu'elle les a gelés. Je lui réchauffe et souvent, elle me réclame ensuite de la gratter sur les mollets et cuisses, avant que je lui gratte le dos, mais en passant par ses fesses, je remarque: qu'elle a le cul chaud. Et ensuite c'est une longue histoire de cul.
Pépélouis: C'est vrai qu'elle a le cul chaud (il a ses deux mains sur mon cul, il a lâché mes pieds pour voir si les dires de mon hommes sont vrais) Donne-moi tes pieds que je te les réchauffe.
Nicole: Oh, Pépé.. ( il à ses mains sur mon cul) Meri, de me réchauffer les pieds.
Pépélouis: C'est incroyable, comme tes pieds sont gelés.
Nicole: (j'ai des petits tremblements qui n'échappent pas à pépé) Les pieds gelés, mais le coeur chaud aussi.
Pépélouis: ( une main sous ma veste de pyjama, pour me frotter le dos et l'autre calant mes pieds sur ses cuisses pour les frotter) Je vais te réchauffer en te frottant le dos.
Nicole: ( la voix tremblante mais pas que de froid, mais plutôt de malice, je sens un effet bizarre dans mon bas ventre, et je me dis, dans ma tête: tu as envie de Pépélouis ma garce) Oui, je veux bien, j'ai froid partout.
Pépélouis: Je vais faire ce que je peux Nicole pour te réchauffer (il a bien compris, car mes pieds sont maintenant chaud, le dos aussi, mon mari ronfle, Pépélouis passe ses mains sur mon ventre sous la veste de pyjama, les montent jusqu'à ma poitrine, et les pelote, tripote, roule mes tétons, les pinces, les grattes à presque les griffer,je le sens excité. Mon mari ronfle plus fort. Je sens la queue de Pépélouis se positionner devant le petit trou, son gland pousse l'ouverture)
Nicole: Je sens quelque chose de dure qui force l'entrée interdite.
(Pépélouis est là, derrière moi à vouloir rentrée sa grosse bite dans mon cul, guidant ce monstre de la main sur les lèvres de mon sexe)
Pépélouis: je vais te faire jouir salope, tu ne veux pas par derrière, et, bien ça sera par ta chatte que tu vas monté au septième ciel.
Nicole: AHHH! (il vient de me pénétrer d'un seul coup, je sens ses couilles sur mes fesses, il me prend en petite cuillère, couché sur un c ôté, et s'agite en moi par des va-et-vient trop violent à mon goût surtout pour le bruit car mon mari est juste au-dessus, je couche avec un amant en dessous de mon mec.) Doucement Pépé, il peut, nous entendre
Pépélouis: Il dort comme un bien heureux le bougre.

Il continue ses va-et-vient moins rapides, mais bien cadencés sans mollesse, je sens sa queue me remplir complètement le vagin, ça change par rapport à celle de mon homme. Celle de Pépé est plus grosse et me paraît plus longe, au bout de 30 minutes peut-être, il s'arrête, et se met sur le dos, et me dit:
Pépélouis: Fais-moi voir comment, tu suces ma petite salope, bouffe le entièrement.
Nicole: Je n'aime pas trop ça,,,,( il me met une gifle et dit suce) Oui, oui je vais te sucer salaud.
Pépélouis: C'est moi q..ui...d..i..r..i..ge ( je suis en train de le pomper, sucer, mordiller la tige, avaler ses couilles une par une, Il me tient la tête plaquée contre son bas ventre, car je lui fais une gorge profonde, je m'en étouffe presque tellement il me tient fort et serré à son bas ventre, il me relache.) O..U..I, T..U SU!!!!
Nicole: CHUt!!! tu n'es pas fou, il est juste au-dessus
(Mon mari ronfla plus fort et changea de position, il ne ronfle plus)
Pépélouis: Tu suces si bien, que je ne me suis pas entendu parler, reprenons, nos messes basses, et toi, ma petite chose, suce-moi ma très bonne suçeuse.
Nicole: Oui, parle en messe basse, je vais te rebouffer la queue vieux salaud.

Je repris à nouveau,je lui lèche le gland, passe ma langue sous son filet, je lèche tout le long de sa hampe, lui gobe une couille puis une gorge profonde, et des vas-et-vients dans ma bouche le retour mes dents raclants sa tige, Oh, non son pieu
Pépélouis: C'..e....st, b...o...on, E....N.... c...o.....re,
Nicole: Chut! il ne ronfle plus, chut! doucement

Je m'empale sur la bite de Pépé, je veux qui me pénètre jusqu'au plus profond de moi, je monte et descend le long de sa grosse queue, j'accélère le mouvement, puis je le ralentis, puis je ré accélère, puis je m'arrête pour sentir tout son sexe en moi et au plus profond de mon ventre, je suis excitée de savoir mon mari au-dessus dormant à quelques centimètres de moi.
Pépélouis: Ne t'a...r..rê...t....te..s P..a...s, c..on..tI....N.....nu, je V..ie....ien....Iens
Je suis à moitié inconsciente, et j'accélère le mouvement, pépé est tout haletant, ainsi, que moi-même, nos respirations sont au maximum, j'ai peur que mon mari s'éveille, Pépé remplit de sperme mon vagin.
Nicole: O..h!! OH..!! OU..Ui, c'..es...est B..o...on

Je m'écroule sur Pépé, je sens son coeur qui bat très fort, très fort, je récupère pendant au moins 5 minutes, ne bougeant plus la chatte encore pleine par la bite de pépé, qui se dégonfle mais pas trop, laissant couler le sperme entre les parois de mon vagin et le mât de Pépé s'écouler sur ses couilles et bas ventre. Il me vient à la tête lorsque je reviens à moi: que je ne prenais pas la pilule je le dis à Pépélouis.
Pépélouis: Tu ne prends pas la pilule, je risque de t'enceinter alors, comme ça, je serais si je suis encore bon.
Nicole: Bon, tu y es Pépé, j'ai joui, et peut-être plus qu'avec lui là-haut. Mais si ton sperme est aussi bon que ton état, car tu bandes encore mon salaud ( je me suis allongé sur le dos à côté de lui, il m'a pris une main et la mise sur son sexe encore bandé)

J'ai voulu aller aux toilettes et me laver la moule, mais , il me retenu, puis, pris ma veste de pyjama par terre, essuya mon sexe ainsi que l'intérieur, avec un doigté qui me donne encore des frissons rien que d'y penser encore. Il essora ainsi mon vagin, et il me demanda de le sucer à fond, ce que je fus tout de suite après, j'avais la chatte ruisselante de mouille en le suçant, je voulais qui me pénètre à nouveau, ce qu'il fît plus tard, à l'aurore. Ensuite, j'ai été pendant 5 ans sa maîtresse, ou plutôt sa chose, j'ai effectivement été enceinte, il a fallut à l'époque que j'avorte, mon mari m'ayant surpris un jour de repos que j'avais pris en semaine pour ne pas avoir les enfants dans les pattes et lui revenant plus tôt, pour cause de grève dans l'enseignement, étant prof. Il m'a donc surprise, la robe ouverte en deux, nue en-dessous, penchée sur la table de notre séjour, la robe remontée sur mon dos, en train de me faire enculer par mon Pépélouis, me tapant en même temps sur les fesses, pour cadencés ses va-et-vient. Je n'avais jamais voulu que mon mari me sodomise. Nous avons divorcé un an après, et durant ce temps je me faisais toujours enculer par Pépélouis, et pas, par mon EX. il croyait que j'allais revenir avec lui. Mais Pépélouis m'avait fait connaître autre chose, et m'avait soufflé avant de mourir que je devrais faire l'amour au minimum à trois, car j'aimais tellement ça. Et c'est ce que je fis, et j'ai d'autres histoires à raconter lorsque j'étais marié, mon Ex me connaissais bien avant de m'épouser, il savait comment j'étais, pas une Sainte mais une bonne pute ou salope, ou une garce comme me l'avait dit une de mes collègues du passé. A vous de choisir.

Histoire postée par Nicole le 02 Mars 2012 dans Partenaire Agée.

Vous avez aimé cette confession intime ?

50 vote(s)



Commentaires de la confession Une nuit d'hôtel

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion


Histoire suivante :
Mon voisin
Je suis marié depuis 16 ans, j'ai 36 ans, 2 enfants, je n'avais jamais trompé mo...
+100

Qonfession 571 - 0 Commentaire(s) - histoire de Martine le 23/05/2012

Histoire précédente :
Ma voisine de 48 ans
C'est l'été. Je vais dans le verger pour voir si les mirabelles sont mûres. E...
+45

Qonfession 436 - 0 Commentaire(s) - histoire de fab le 12/10/2010

Suivez-Nous : Facebook Twitter Rss

Copyright 2008-2019 © www.qonfession.com - Contact - Mentions et conditions